Les sites Météo Villes vous offrent des prévisions météo expertisées par des météorologistes professionnels, dont Guillaume Séchet.


Météo réactualisée plusieurs fois par jour sur 19 villes.

Témoignages sur le site >>

36 000 communes de France

Suivi des pluies
Station & Webcam
Températures Nice
Pollution : 5/10 (MOYEN)
Vent : -

Pression :

Les chroniques météo de l'année 1985...

Déposez une photo

Ecarts à la normale 1985

Repères historiques

18 mars : Mikhaïl Gorbatchev succède à Tchernenko
L’affaire Grégory ne cesse de passionner la France
29 mai : 38 morts au stade du Heysel
août : série de tragédies à la SNCF


Evènements météo marquants de l’année

Après 2 hivers particulièrement doux, une vague de froid mémorable déferle sur la France pendant tout le mois de janvier 1985 (Pour plus de détails sur cet événement, CLIQUEZ ICI) - l’intensité de cette vague de froid est comparable à celle du mois de février 1956 - à Paris, il s’agit du mois de janvier le plus froid depuis l’année 1838. Du 4 au 18 janvier : un froid polaire concerne toutes les régions. Le vendredi 4 janvier : la neige envahit le nord et le centre du pays - il tombe 5cm à Paris. Le 5 janvier, les températures chutent brusquement. On mesure -24° à Luxeuil les bains, -20° à Reims, -18° à Troyes et -17° à Strasbourg alors que l’après-midi, il ne fait pas plus de -10° sur tout le quart nord-est (-6° à Paris). Dans la nuit du 6 au 7 janvier, une tempête de neige paralyse toute la moitié nord mais aussi le littoral basque et la Corse - il fait -25° à Grenoble. Les 8 et 9 janvier, on descend fréquemment en dessous de -15° (-20° à Mont de Marsan) - il fait même -26,5° a Vire (sud calvados) et - 27,5° au Harra du pin (orne) - la Côte d’Azur est ensevelie sous la neige avec 38cm à Nice où il fait -7°.

On fait du ski sur la promenade des Anglais



Après une très légère accalmie entre le 10 et le 13 janvier, une deuxième offensive sibérienne est observée entre le 14 et le 17 janvier - la vague de froid atteint alors son point culminant - les températures atteignent probablement des valeurs inférieures à -40° dans le Doubs, -25° à Louviers (Eure), -23° à Troyes, Nevers, Clermont Ferrand, -22° à Reims, -18° à Paris et -12° à Biarritz - ces valeurs ne sont bien entendu que des exemples et le froid est partout intense.

Après un incendie, à Troyes par -23°C !


Les dégâts provoqués par cette vague de froid sont incalculables - une très importante surmortalité est constatée et la végétation est très affectée - les palmiers gèlent superficiellement sur la Côte d’Azur - les prix des fruits et légumes flambent - la plupart des cours d’eaux gèlent et des banquises sont observées sur le littoral de la mer du nord et l’embouchure de la Loire.

Des centaines de Flamands rose sont prisonniers du gel en Camargue et périssent


L'effondrement du pont de Sully-sur-Loire


La terre gèle partout, et en profondeur


La Loire à Nevers


La Saône prise par les glaces


La plage de Nice sous 38cm de neige


Du coup, le ski devient possible


Denis Vincenti annonçant la persistance du froid au journal de TF1


Alain Gillot Pétré sur Antenne 2


L'effet du gel sur les palmiers de la Côte d'Azur, quelques mois plus tard ? photo Guillaume Séchet



Sans atteindre l’intensité de la vague de froid du mois de janvier, une nouvelle vague de froid concerne une grande moitié nord de la France entre le 9 et le 22 février - au cours de cette période, les températures redescendent entre -10 et -18° sur tout le quart nord-est - du 13 au 18 février, les chutes de neige sont fréquentes de la Bretagne à la région Rhône-Alpes - le 18 février, on mesure 90 cm de neige à Thônon-les-Bains (Haute Savoie) - cette ville pourtant située en plaine connaît un micro-climat lié à la proximité du lac Leman. Les chutes de neige sont également très abondantes du côté suisse.


Presque 1m de neige dans les rues de Vevey (Suisse)

Du 15 au 21 mars : l’hiver ne veut pas s’en aller et de nouvelles chutes de neige affectent presque toute la France - le 19 mars, il fait - 13° au Puy (700m d’altitude).


Les 3 et 4 avril : de l’air chaud remonte d’un seul coup sur l’ensemble de la France - on dépasse 25° dans le sud et l’est mais un vent très violent se lève à Toulouse (autan) et Clermont-Ferrand dans la soirée du 4 avril, ce qui déclenche une véritable tempête de poussière dans la plaine de la Limagne.


11 avril : journée épouvantable - une tempête s’abat sur tout le pays et une tornade est même observée près de la station météo du Mans - les vents atteignent 143 km/h à Brétigny (Essonne).


Du 24 au 28 avril : de fortes gelées se produisent sur presque toute la France et l’on mesure des températures parfois inférieures à -5° - les cultures déjà très éprouvées par la vague de froid du mois de janvier sont une nouvelle fois mises à rude épreuve.


Les 8 et 9 mai : des inondations se produisent dans le Lyonnais et le Dauphiné - il tombe 90mm d’eau à Grenoble et 86mm à Lyon.


L’été 1985 est généralement frais, si l’on excepte le coup de chaleur des journées du 25 et 26 juillet
où les températures dépassent fréquemment les 33° - le maximum est enregistré dans le Périgord avec 39°.


Les 5 et 6 août : le temps est particulièrement agité, un peu comme en plein automne - une tempête secoue le nord de la France le 5 août et d’énormes vagues liées à de très gros orages provoquent un véritable raz de marée en Camargue dans la nuit du 5 au 6 août - en pleine nuit, l’eau emporte des camions, des tentes et des caravanes ; réveillant alors des centaines de personnes aux Stes maries de la mer.




Un camping est balayé par le raz de marée, en Camargue


Il neige sur certains cols des Pyrénées


Les Côtes de la Manche, touchées par une tempête automnale !

Le mois de septembre et le début du mois d’octobre 1985 sont très chaud et surtout très sec - la sécheresse devient problématique sur de nombreuses régions.


Du 17 septembre au 7 octobre : les températures sont très élevées - on dépasse quotidiennement les 25° sur presque tout le pays avec de fréquentes pointes entre 30 et 34° - des records de chaleur sont battus entre le 1er et le 4 octobre où l’on mesure 29° à Paris, 30° à Orléans, 31° à Auxerre, 32° à Bordeaux, 34° à Pau et 35° à Dax.


Du 17 au 28 novembre : le froid prend sa revanche - la neige apparaît un peu partout et les gelées sont quasiment permanentes, sauf sur le littoral - on relève -11° à Dijon, le 27 novembre
et -13° au Puy le 28.


Les 3 et 4 décembre : un effet de foehn (vent chaud soufflant de la montagne) fait monter la température à 25° à Biarritz (où il ne fait pas moins de 20° la nuit) et 27° à Pau.


A partir du 27 décembre : une nouvelle vague de froid (la 4ième de l’année) envahit la moitié nord - il neige abondamment des Pays de la Loire à l’Alsace et la température descend à -17° à Troyes, -16° à Poitiers et -12° à Tours et Orléans.


Ecarts à la normale 1985


Déposez une photo

Les graphiques présentés ci-dessus sont le fruit d'un très long travail personnel. Il s'agit des écarts à la moyenne des températures et des précipitations, calculés en moyenne pour l'ensemble de la France. Les noms des régions indiquent les extrêmes. Ces informations ne peuvent pas être utilisées à des fins commerciales.  Guillaume Séchet


Les documents mentionnés ci-dessus sont le fruit d'une recherche personnelle de plusieurs années à Météo-France ainsi que dans la plus grande librairie de presse ancienne de France ("La Galcante"). Grâce à ce travail de très longue durée nous possédons la plus importante banque de données en la matière (plus de 10 000 documents). Ainsi, entre 1999 et 2007, j'ai pu réaliser la rubrique "de temps antan", diffusée quotidiennement sur la Chaîne Météo et plusieurs ouvrages sur les évènements météo en France, dont le livre « Quel temps ! - chronique de la météo de 1900 à nos jours » Éditions Hermé - il s’agit d’une chronique abondamment illustrée répertoriant les principaux événement météo année par année, en France depuis 1900. Si vous avez des documents sur des évènements climatiques et que vous désirez les publier dans cette rubrique, n’hésitez pas à me contacter. Merci beaucoup. Guillaume Séchet.
Google